Pourquoi l’écriture organise nos idées?

Il suffit de flâner ci et là sur des sites de développement personnel grand public pour entendre qu’écrire fait du bien. Lâcher l’encre aide à se sentir mieux, à y voir plus clair. Au-delà des témoignages et des propos parfois dogmatiques sur les bienfaits de l’écriture, je vous propose aujourd’hui d’aller à la rencontre des travaux de recherche en psychologie. Que se passe-t-il dans notre tête qui explique qu’après une séance d’écriture nous avons la sensation d’y voir plus clair?

D’un sac de pelote de laine à un fil qui se tisse

Ecrire est une activité complexe. Elle demande une activation et un traitement cognitif d’un très grand nombre d’informations. Pour arriver à voir son texte sur une feuille, il nous faut relever le défi de passer d’une représentation multidimensionnelle de ce qu’on veut raconter à une transcription linéaire.

Lorsqu’on a une idée de texte, nous devons aller chercher des informations de nature multiple éparpillées dans tous les coins. Nous devrons ensuite les sélectionner puis les organiser de façon à ce qu’elles suivent un chemin le plus linéaire possible : le texte écrit.

Quand dans notre écriture, 3 facteurs viennent jouer

Pour tracer ce chemin, nous définissons alors dans quelle direction nous voulons aller. Nous devons choisir un ange, adopter un point de vue. Ce passage d’idées en vrac à des idées qui s’enchaînent se fera grâce:

  • à nos processus cognitifs. Nous pourrions les comparer à une chaîne de production. Ils organisent les idées et contrôlent qu’elles ne partent pas trop dans tous les sens.
  • à notre mémoire relative à un événement et nos connaissances sur un sujet. C’est la matière première de nos textes.
  • à notre affect. Les émotions apportent de la couleur à nos mots. Tantôt elles aident à les faire venir, tantôt elles les bloquent.

Faire avec ce qui nous entoure

Ce qui est autour de nous au moment de l’écriture va aussi venir mettre son grain de sel dans ce processus.

L’environnement social détermine nos manières d’écrire. Si nous écrivons pour l’école, pour notre travail, à un ami ou pour faire une réservation, nous n’allons pas nous y prendre de la même manière.

Les outils pour écrire orientent aussi grandement l’organisation de nos idées. La feuille et le stylo provoquent un contact direct avec ce qui se passe en nous. L’écran et le clavier aident à mettre de la distance, notamment affective, avec un texte. Selon les outils que nous utilisons, ce n’est pas le même chemin d’écriture que nous entreprenons. Les idées ne s’organisent pas de la même manière.

De gré ou de force

Lorsque le sujet, la forme, l’objectif du texte est imposé, l’organisation des idées est une obligation et se réalise de facto.

Mais lorsque l’écriture est plus spontanée, par exemple dans la technique du flot de pensées, l’ensemble des processus décrits plus haut se mettent aussi au travail. Le brassage des pensées qui se baladent dans tous les sens pour aller vers leur mise en ordre s’effectue nécessairement grâce à l’activité cognitive même qu’est l’écriture.

Vous souhaitez aller plus loin ?

Voici mes textes scientifiques de références

  • Alarmagot, D. & Chanquoy, L. (2001). Through the model of writing. London : Kluwer Academis Publisher.
  • Fayol. M. (1997). Des idées au texte. Paris : PUF.
  • Hayes & Flowers (1996). A new framework for understanding cognition of writing processes. In Gregg, L.W., Steinberg, E.R. (Eds), Cognitive processes in writing. An interdisciplinary approach (pp. 3-30). Mahawah, NJ : Lawrence Erlbaum Associates.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :